Zoom sur… Benjamin

Benjamin EGGEN, 22 ans, est étudiant à temps plein et termine sa première année à l’Institut. Français et originaire de l’Eglise évangélique baptiste de Ris Orangis en région parisienne, il a travaillé dans le domaine du webdesign avant de venir à l’Institut. Il effectue son stage à l’Eglise protestante évangélique de la rue du Moniteur, et il s’occupe du site de « La Rébellution », le blog jeunesse d’Evangile 21. Il répond à un certain nombre de questions permettant aux lecteurs du Maillon de faire sa connaissance et de prier pour lui…

Le Maillon : Quels sont tes passe-temps préférés ?

Un de mes loisirs favoris est la lecture. Et quand j’ai du temps libre et que je ne lis pas, j’aime écrire ou… jouer de l’harmonica !

Aurais-tu un verset biblique que tu chéris particulièrement ?

L’exemple de Paul en Actes 20.24 me marque beaucoup : « je ne considère pas ma vie comme précieuse, pourvu que j’accomplisse avec joie ma course et le ministère que le Seigneur Jésus m’a confié : annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. »

Quel est ton parcours spirituel ?

Bien qu’ayant grandi dans une famille chrétienne engagée, j’ai eu une adolescence mouvementée, vécue loin de Dieu et pleine de gâchis. En grandissant, j’ai totalement rejeté tout ce que mes parents m’avaient enseigné. Mon seul but était d’être heureux, en absorbant tout ce que le monde m’offrait. Je suis tombé très bas, vivant dans des plaisirs éphémères et la rébellion contre Dieu. Je fonçais droit dans le mur… Mais Dieu m’a appelé à lui. A la suite d’une semaine de camp de jeunes, et après la lecture du livre des Proverbes cet été-là, j’ai pris conscience de la pertinence de l’Evangile pour ma vie. Par la grâce de Dieu, j’ai pu comprendre et recevoir l’Évangile. J’avais 17 ans. Jésus-Christ a bouleversé ma vie, et tous mes projets !

Pourquoi as-tu voulu suivre une formation à l’Institut ?

Depuis ma conversion, j’ai à coeur de servir le Seigneur. Les besoins sont énormes, l’Evangile est puissant et Christ est digne que je lui consacre ma vie. Mais je me sens tellement faible pour une telle tâche ! Je suis également conscient de mon jeune âge. Ces choses font que je ressens le besoin d’être formé pour le ministère, d’être équipé et ancré dans la Parole. C’est ce qui m’a amené ici, à l’IBB.

Quelle image des cours et de la vie de l’Institut donnerais-tu aux lecteurs du Maillon ?

Je suis vraiment réjoui par la vision de cet Institut, la formation qui y est dispensée et l’ambiance qui y règne. Tout en mettant en avant l’importance d’une formation académique de qualité, et le besoin d’être solidement instruits dans la connaissance de la vérité, les professeurs montrent également le lien indispensable de ces choses avec la vie chrétienne pratique, la vie de piété personnelle et le ministère. Quelle joie d’être formés à mieux comprendre, mieux vivre et mieux transmettre l’Évangile à un monde qui en a tant besoin !

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

L’avenir est assez flou pour moi… mais je veux pouvoir dire avec Paul : « je ne considère pas ma vie comme précieuse, pourvu que j’accomplisse avec joie ma course et le ministère que le Seigneur Jésus m’a confié : annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. » (Actes 20.24). J’ai surtout la mission très à coeur, ce qui fait que je veux être prêt à servir le Seigneur – n’importe où. J’ai confiance qu’il me conduira, en son temps, dans les oeuvres qu’il a d’avance préparées (cf. Ephésiens 2.10).

Pourrais-tu donner aux lecteurs du Maillon quelques sujets de prière te concernant ?

Merci d’avance de vos prières qui sont précieuses ! Vous pouvez prier :

  1. Que je puisse mettre en pratique ce que j’apprends à l’IBB, afin de croître dans la grâce et la connaissance de Christ (cf. 2 Pierre 3.18). Ce serait triste de passer tant d’heures à étudier la Parole sans en être moi-même transformé !
  2. Pour la gestion de mon temps : que je puisse trouver un bon équilibre entre le zèle et la sagesse.
  3. Que Dieu ouvre des portes pour que je puisse partager Christ autour de moi, dans mon quotidien. Que je saisisse ces occasions et que je fasse connaître l’Évangile de la façon dont je dois en parler (cf. Colossiens 4.3-4).