Creuser l’Ecriture (Nigel BEYNON et Andrew SACH)

Creuser l’Ecriture, Une boîte à outils pour déterminer le sens d’un passage biblique, Nigel BEYNON et Andrew SACH (Lyon, Clé, 2016, 168 p.)

William Tyndale, le premier traducteur du Nouveau Testament dans une langue moderne, fut exécuté à Vilvorde en 1536 entre les mains des dirigeants de l’Eglise catholique romaine pour avoir voulu rendre la Bible plus accessible au commun des mortels. Etait-il fou ? Nous ne le pensons pas. En effet, c’est en se confiant en cette parole que tout être humain peut naître de nouveau et que le croyant peut persévérer jusqu’au bout (1 P 1,22—2,3). S’il y a un livre dont l’humanité a grand besoin, c’est bien la Bible !

J’aimerais suggérer que s’il y a un deuxième livre dont « monsieur tout le monde » a besoin, c’est bien Creuser l’Ecriture. Non pas que la Bible ne soit pas suffisante en elle-même, mais comme les auteurs l’affirment, leur but est d’aider le lecteur à comprendre la Bible correctement (p. 14). Bien sûr, ce livre n’est pas le premier de son genre1, mais comme le déclare Vaughan Roberts dans son avant-propos, Nigel Beynon et Andrew Sach ont brillamment relevé le défi de mettre :

à notre disposition tous les outils de base nécessaires pour ouvrir le sens de l’Ecriture dans un style original, engageant, simple (mais jamais simpliste) et rigoureux (mais jamais ennuyeux). Ce livre aidera tous ceux qui lisent et mettent en pratique la Bible, ainsi que ceux qui l’enseignent, à entendre l’authentique voix de Dieu dans les Ecritures. Rien n’est plus important pour les Eglises et pour le monde aujourd’hui (p. 7-8).

En lisant ce livre, le lecteur appréciera l’envergure et la profondeur des sujets traités qui forment un ensemble complet et accessible, tout en maintenant une fidélité aux Ecritures sans scrupule. Ainsi, dans un premier temps, sont posées des fondations solides et motivantes qui nous rappellent que, contrairement aux dires de notre société postmoderne, il y a une bonne compréhension de la Bible qui procure des joies énormes, et une mauvaise compréhension qui a des conséquences désastreuses, ceci même parmi les chrétiens (p. 12-13). Nous sommes aussi appelés à prendre au sérieux notre responsabilité de chercher à bien comprendre la Bible, sans balayer l’importance du ministère de ceux qui nous l’enseignent (p. 14). Enfin, chose essentielle, on nous rappelle que la Bible est à la fois un livre divin (donc totalement fiable, transformateur, pertinent, et compréhensible grâce à l’action du Saint-Esprit) et un livre humain (ce qui nous force à travailler dur « pour comprendre correctement les différents auteurs, explorer leur situation, la raison pour laquelle ils ont écrit et leur façon de s’exprimer » [p. 26], tout comme nous le ferions d’ailleurs pour n’importe quel autre ouvrage humain).

Le reste de ce livre précieux nous présente les différents outils qui nous aident à saisir le message principal et la portée de chaque passage de la Bible de manière interactive et illustrée, avant de donner des exemples pratiques et des exercices qui nous permettent de les tester par nous-mêmes. Ces exercices sont souvent tellement abordables (car souvent brefs) et écrits d’une telle manière (avec des questions qui nous souvent pas résister à l’occasion de s’y essayer.

Mais ce n’est pas tout ! Ce livre ne nous présente pas juste des outils essentiels ; il nous aide à voir comment l’enseignement biblique découvert s’applique à notre vie, parfois même de manière dérangeante. Je pense notamment aux exemples suivants :

– l’outil de la structure en Jonas 1 nous révèle notre hypocrisie (voir p. 49-50) ;
– l’outil des traductions nous aide à mieux comprendre Romains 1,14-18, ce qui joue grandement dans notre évangélisation (voir p. 83-85) ;
– l’outil du ton et des émotions employé dans la prophétie d’Osée nous aide à saisir la gravité du péché et la réaction de Dieu face à celui-ci, ce qui devrait nous laisser à la fois contrits et remplis de joie (voir p. 90-92).

En lisant ce livre, nous nous rendons compte de ce qu’il nous faut davantage méditer et « transpirer » sur la parole en utilisant ces outils essentiels afin de mieux la comprendre. Mais, fort heureusement, les auteurs ne tombent jamais dans l’intellectualisme, car ils reconnaissent la dimension profondément spirituelle de la lecture et de l’étude de la Bible. En effet, ils ne manquent pas de souligner l’importance de la prière avant, pendant et après la lecture/l’étude de la parole de Dieu : nous dépendons de l’oeuvre de l’Esprit pour la comprendre (p. 21-23). Ils nous encouragent aussi à passer du temps dans la prière à titre de réponse à ce que Dieu nous dit dans sa parole. En guise d’exemple, ils nous montrent comment nous pourrions prier à la lumière de certains passages (p. 148-150).

Après lecture attentive, réflexions et prière, je ne trouve rien à redire concernant cet ouvrage. Face à tous les bienfaits et bénéfices que ce livre peut procurer, et ayant entendu les témoignages positifs que des étudiants de Bristol (p. 163-164) et bon nombre de mes connaissances ont manié la parole de Dieu avec une confiance et une fidélité croissante grace à ce livre, je ne peux que vous le recommander. Ce livre est tellement précieux qu’aux GBU nous voudrions que chaque étudiant puisse en avoir un exemplaire entre les mains. Lisez ce livre, mettez-le en pratique, et je suis sûr que pour seulement 15€, l’impact dans votre vie et dans votre entourage sera énorme !

Télécharger l’article ici.

EnregistrerEnregistrer

  1. L’éditeur francophone mentionne d’autres ouvrages qui traitent du même sujet que celui abordé dans ce livre, dont Gordon FEE et Douglas STUART, Un nouveau regard sur la Bible, Un guide pour comprendre la Bible (How to Read the Bible for all its worth, 1982), Deerfield [Floride], Vida, 1990, 245 p. ; Matthieu SANDERS, Introduction à l’herméneutique biblique (Didaskalia), Vauxsur- Seine, Edifac, 2015, 256 p., duquel une recension a été publiée dans le Maillon, éte-automne 2016, p. 15. Dans cette bibliographie, les auteurs nous proposent gentiment des livres qui développent davantage certains outils présentés dans Creuser l’Ecriture.