La semaine d’évangélisation

BRUXELLES-WOLUWE

Foi, amour, espérance ! Ces trois valeurs bibliques ont rythmé la semaine d’évangélisation à l’Eglise protestante évangélique de Bruxelles-Woluwe.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que les étudiants de l’lBB ont participé aux activités organisées durant la semaine du 23 au 29 mars :
*goûter des seniors avec un message apporté par Paul Every, le coach de l’équipe de l’IBB ;
*activité pour les mamans et leurs bébés où Rachel a témoigné de sa foi en Jésus, avec traduction en anglais par Odile, toutes deux étudiantes en première année ;
*« spécial ados » avec patinoire et jeux, suivis de la prédication sur Genèse 6 et 7 apportée par Maxime, étudiant en deuxième, traduite en anglais par son épouse Demelza.

Une équipe de cinq personnes provenant d’une Eglise londonienne nous a rejoints pour se consacrer à la distribution des prospectus invitant les uns et les autres aux événements-clé. Le premier de ces événements a eu lieu le vendredi 27 mars avec un souper autour de la question : « La foi va-t-elle à l’encontre de la raison ? ». Durant la soirée, Robbie a répondu à cette question en annonçant clairement le chemin du salut sur base du texte de Jean 20,24-31. Pour cette occasion, une quinzaine de nonchrétiens étaient présents. Le dimanche 29 mars, date du deuxième événement principal, le pasteur Steve Orange a exposé l’Evangile à partir de I Samuel 17 pour répondre à la question « La foi – lorsqu’on se demande à quoi elle sert vraiment ? »

Une journée-type durant la semaine a comporté les éléments suivants :
*une méditation biblique pour l’équipe suivie d’un temps de prière ;
*une formation à l’évangélisation suivie d’une mise en pratique dans les rues environnantes de l’Eglise dans laquelle nous avons pu approcher beaucoup de personnes dans le but de leur annoncer l’Evangile et de les inviter à l’un des événements ;
*un bon repas préparé avec dévouement par l’Eglise locale.

De plus, des micros-trottoir ont été réalisés où les gens ont eu l’occasion de donner leur avis au sujet de « la foi et la raison ». Ces vidéos ont pu être diffusées durant les deux événements principaux de la semaine.

A la fin de la semaine, tout le monde est rentré chez soi fatigué mais heureux et satisfait d’avoir servi le Seigneur, avec la certitude que la parole de Dieu ne retourne pas à lui sans avoir réalisé l’objectif pour lequel elle a été envoyée (Es 55,11). Les membres de l’Eglise ont poursuivi le travail en programmant encore deux événements majeurs durant la semaine suivante.

Damiano MAIOLO


CHAPELLE-LEZ-HERLAIMONT

Trois mots peuvent résumer la semaine d’évangélisation à Chapelle-lez-Herlaimont : encourageante, enrichissante et fatigante.

Elle a été, tout d’abord, encourageante de par les différents contacts que chacun de nous a pu avoir. Nous avons commencé en beauté par une visite à la prison de Jamioulx. C’était merveilleux de voir comment les prisonniers étaient attentifs et réceptifs à la parole de Dieu. Quatre d’entre eux ont d’ailleurs demandé une Bible en roumain ! Ensuite, les différents contacts qu’on a pu avoir dans les rues de Chapelle, de Piéton et de Godarville n’ont pas été toujours évidents vu les différents rejets et le peu de monde dans les rues à cause du temps froid et pluvieux, mais beaucoup de bonnes discussions ont pu avoir lieu. Certaines réactions ont même été inattendues et réjouissantes. L’Evangile a donc pu être annoncé à plusieurs personnes au moyen de discussions, de sondages (Jésus en 10 questions), du porte-à-porte ou par la distribution de tracts dans les boîtes aux lettres ou en mains propres. Des exemplaires du Nouveau Testament ont pu être offerts et reçus avec joie, des prières de repentance ont aussi été prononcées ! Plusieurs personnes contactées par la distribution de tracts ou par les discussions dans les rues, qu’elles soient athées, musulmanes, catholiques ou Témoins de Jéhovah, sont aussi venues aux activités organisées par l’Eglise. De plus, les moments de débriefing après chaque sortie nous ont permis de nous encourager les uns les autres, car même si pour l’un la journée n’avait pas été fort réjouissante, elle l’était pour d’autres, et le fait de partager cela nous a permis à tous d’être encouragés.

Ensuite, chacun de nous a été enrichi dans ses relations mutuelles mais surtout dans sa foi et dans son expérience quant à l’évangélisation. Nous avons pu expérimenter la puissance de la prière et avons pu vivre une communion fraternelle en Christ, non seulement entre nous mais aussi avec les membres de l’Eglise de Chapelle. Nous avons pu aussi être enrichis par les différentes méditations apportées quotidiennement par les étudiants, professeurs et anciens de l’Eglise.

Pour finir, la semaine a été fatigante, à cause de la concentration permanente pour proclamer l’Evangile, à cause du temps pas toujours clément qui nous affaiblissait, de par les longues journées bien remplies… Mais malgré la fatigue, la joie, la bonne humeur et le zèle ont toujours été au rendez-vous ! Nous avons semé, étant de simples instruments dans la main de Dieu. Les résultats sont à présent de Son ressort. Nous pouvons toutefois continuer de prier pour les différentes personnes contactées, la prière étant notre force !

Kyria CHARLET


GAP

Bonjour, je suis Gap, la charmante petite ville des Hautes Alpes françaises ! Si je suis vraiment fière d’être souvent baignée de soleil et entourée de mes montagnes majestueuses, je peux surtout me targuer d’avoir en mon sein le Rocher. C’est en effet dans cette communauté évangélique qu’a fraîchement débarqué fin mars une bonne équipe de l’IBB pour aider aux efforts d’évangélisation de tous mes habitants. J’en abrite plus de 40 000, et je sais bien que sans la Bonne Nouvelle du Christ, leur âme demeure dans la tourmente et sous la colère du Dieu saint.

Béni soit ce Dieu qui a d’abord permis qu’aucune goutte de pluie ne vienne perturber l’évangélisation dans mes rues, malgré les prévisions météo peu favorables au départ. Sur la place du marché, dans les rues passantes et sur les bancs du parc de la Pépinière, les étudiants de l’IBB sont extrêmement reconnaissants d’avoir pu à maintes reprises annoncer l’Évangile à toutes catégories de personnes. Il y a eu des refus, certes ; des moqueries parfois, mais cela n’est pas surprenant. Il est plus extraordinaire de constater que le terrain, bien préparé par la prière, a conduit de nombreux Gapençais (car c’est comme ça qu’on les appelle) à s’arrêter et discuter longuement avec chacun.

Ici comme ailleurs, c’est toujours difficile d’annoncer la repentance et le jugement avec fidélité ou de ne pas passer sous silence le coût d’une vie obéissante à la Parole du Seigneur. La plupart des personnes sont incohérentes dans leurs réponses et l’arrière-plan catholique de nombre d’entre elles les aveugle particulièrement. Souvent, les personnes âgées sont plus méfiantes et endurcies que les plus jeunes. Elles sont peut-être aussi moins à l’aise avec l’idée d’échanger sur ces questions dans un lieu public.

La diversité des évènements organisés dans la semaine a cependant permis de cibler divers intérêts selon les profils rencontrés : club d’enfants, scoutisme, visite d’une maison de retraite, barbecue, concert, graffs, spectacle de mimes… l’objectif étant toujours de communiquer l’Évangile à tous de façon claire et honnête. Par la grâce de Dieu, cela a été le cas presque à chaque fois. Pour couronner la semaine, tout le monde a pu assister au baptême de deux jeunes membres de l’Église le dimanche et partager la joie de leur engagement.

Enfin, à Gap, les étudiants ont été touchés de l’accueil qui leur a été réservé par les frères sur place et de leur dévouement pour le Seigneur. La simplicité et l’authenticité de leur service étaient chaque jour un grand encouragement et Aurélien Castelain, le pasteur de l’Église, a bien su motiver les troupes. D’ailleurs, attention, son enthousiasme est contagieux ! Si vous en doutez… venez vous-même vérifier !

Annaëlle DEMORY