Que deviennent-ils ? Quelques années plus tard … Mesmin

Mesmin TCHAOU a quitté l’Institut en 2011 après trois ans de formation chez nous : il assume, depuis lors, à la fois un ministère pastoral et un ministère professoral à Lomé, dans son Togo natal. La rédaction lui pose un certain nombre de questions destinées à permettre aux lecteurs de mieux comprendre son contexte de ministère et de prier pour lui…

Le Maillon : Quel est le profil de l’Eglise et de l’institut ?

Mesmin : Nous sommes une Eglise protestante évangélique et notre rassemblement hebdomadaire majeur a lieu le dimanche de 7h à 9h45. L’assistance régulière est de 33 personnes (y compris les enfants). Nous avons débuté en septembre 2012 avec six personnes chez nous à la maison, puis dans la maison d’un frère, et, aujourd’hui, nous avons un cadre plus public que nous avons loué. Nous recevons au moins un dimanche sur trois la visite de nouvelles personnes qui sont soit d’une autre Eglise et qui veulent découvrir notre approche ou sont en recherche. Certaines de ces personnes restent et d’autres repartent après une ou deux visites. Notre choix (d’être une Eglise protestante évangélique) n’est pas sans conséquences : les Eglises protestantes sont considérées chez nous comme des Eglises « mortes ». Une soeur m’avait même demandé pourquoi nous sommes devenus protestants évangéliques. Il a fallu que je lui explique ce qu’est un « protestant évangélique ». Ce choix est aussi considéré comme une rupture avec le pentecôtisme qui pour beaucoup est la meilleure tendance pour l’Afrique. C’est donc un éloignement des Eglises dites de « réveil » pour plusieurs. Ces différentes remarques constituent pour nous des défis à relever. La bonne nouvelle, c’est qu’avec le Seigneur, ces défis sont relevables !

L’institut, lui, a débuté en novembre 2012 avec dix étudiants. Notre programme de formation est à 95% conforme à celui de l’IBB. Ils sont 15 étudiants en première année cette année et 16 en année supérieure. Le 26 septembre de l’année prochaine, 9 étudiants auront leur diplôme, Dieu voulant.

Quelles sont les priorités (les grands axes) de ton ministère ?

L’enseignement de la parole de Dieu constitue notre priorité numéro un (2 Tm 3.16-17). Au sein de l’Eglise, nous nous sommes fixé pour objectif principal d’enseigner tout le conseil de Dieu sans rien en cacher (Ac 20.25). C’est dans cette perspective que nous faisons de la prédication expositive notre priorité. Bien entendu, nous ne faisons pas fi des enseignements doctrinaux ou thématiques. Nous sommes aussi souvent sur le qui-vive pour analyser, à la lumière des Ecritures, tout sujet qui semble être une nouveauté dans les Eglises de notre pays. Nos études bibliques ont lieu le mercredi. Nous accordons également un grand intérêt à l’enseignement des enfants, car nous croyons qu’en leur sein résident certainement de futurs leaders de notre Eglise !

Notre deuxième priorité au niveau de l’Eglise, c’est la prière. Elle a lieu juste à la fin des prédications et émerge des applications du message. Après cette prière, qui est souvent dirigée par le prédicateur, l’occasion est donnée librement aux frères et soeurs de prier selon un aspect du message pouvant édifier la communauté. L’Eglise est encouragée à faire toutes sortes de prières (Ep 6.18). Chaque vendredi, toute la communauté a sa réunion de prière, et les derniers vendredis de chaque mois sont consacrés à des veillées de prière. Nous estimons que chaque responsable doit aider sa communauté à entrer dans une dynamique de prière.

Une troisième priorité de notre ministère au sein de l’Eglise est l’évangélisation en vue de la croissance numérique et de la formation de disciples (Mt 28.19). Nous organisons de l’évangélisation « porte à porte », des sondages et des séances de projection de films devant l’entrée des locaux de l’Eglise. Enfin, une dernière priorité pour nous est la communion fraternelle. Nous voulons avoir de l’impact dans la communauté externe à l’Eglise. Notre amour les uns pour les uns doit être perçu au travers de notre vie communautaire et sera un témoignage pour ceux qui nous entourent (Jn 13.34-35). Nous veillons également à ce que les joies et les peines d’un membre soient celles de toute l’Eglise (cf. 1 Co 12).

Quant à l’Institut, où nous assumons l’enseignement, notre but est de former des hommes et des femmes transformés dans leur caractère par la parole de Dieu et de les équiper pour qu’ils dispensent droitement la parole de la vérité (2 Tm 2.15). Nous passons15 à 30 minutes en prière avant le début de chaque cours. Une fois dans l’année nous avons une retraite de prière pour les étudiants. C’est l’occasion de prier ensemble pour les problèmes spécifiques des étudiants et pour leurs Eglises locales. Nous désirons que chaque étudiant visant un ministère de la parole puisse avoir dans son arsenal spirituel la prière comme l’une de ses armes essentielles (Ac 6.4). Côté évangélisation, cette matière n’est validée par les étudiants qu’après participation au programme d’évangélisation organisé par l’école et rédaction d’un rapport de la semaine d’évangélisation.

Pourrais-tu évoquer quelques encouragements (sujets de reconnaissance) ?

Evidemment ! Nous avons plusieurs sujets de reconnaissance, mais nous n’en citerons ici que quelques-uns :

  • Nous sommes reconnaissants au Seigneur pour toutes ces personnes qui nous portent dans la prière. Nous en sommes bien conscients. A plusieurs reprises, nous avons vu Dieu à l’oeuvre et nous avons eu la certitude que certains revirements de situation à Sa gloire n’ont été possibles que par ces prières en notre faveur. Merci aussi à l’IBB qui mobilise beaucoup des personnes via le calendrier mensuel de prière qui fait mention de nous.
  • Beaucoup de frères et soeurs dans la communauté s’engagent de plus en plus et grandissent dans leur service, et c’est un sujet de joie et de reconnaissance pour nous en tant que responsable de constater cela. Au début ce n’était pas évident. Que le Seigneur en soit glorifié !
  • Aujourd’hui, nous avons un cadre plus facile d’accès, ce qui n’était pas possible quelques mois en arrière. Pire, l’Eglise avait été secouée par une crise, mais le Seigneur a veillé sur son troupeau. C’est un grand réconfort d’être témoin et bénéficiaire de la fidélité du Seigneur.
  • En ce qui concerne l’institut, le Seigneur permet que plusieurs s’intéressent à notre programme de formation. Certains ont même manifesté le désir que l’institut se délocalise pour leur permettre de suivre les cours dans leur ville. Même si présentement un tel projet ne pourra être opérationnel, cela constitue un encouragement pour nous vu comment nos débuts ont été très difficiles. Nous disons : « Soli Deo Gloria » !

Pourrais-tu évoquer quelques défis (sujets de prière) ?

Notre désir est que nous persistions dans une entière soumission à la volonté de Dieu concernant l’institut et l’Eglise. S’il vous plaît, combattez dans la prière en notre faveur dans ce sens (Col 4.12)

  • Pour ma famille et moi selon 2 Thessaloniciens 3.1-2
  • Pour nos finances familiales
  • Pour la cérémonie de remise de diplôme du 26 septembre 2015. Que le Seigneur en soit honoré et qu’il se serve de cette séance pour l’inscription de nouveaux étudiants
  • Pour l’Eglise entière selon Actes 9.31