Rapports de la semaine d’évangélisation

Groupes Bibliques Universitaires de Bruxelles

L’équipe affectée à Bruxelles collaborait avec les GBU (Groupes Bibliques Universitaires) qui organisaient un effort d’évangélisation sur le thème « Fake News, Fake Truth… et la vérité dans tout ça ? ». Cet effort visait essentiellement les étudiants des universités de Bruxelles. Ainsi, cette semaine se différenciait d’une semaine d’évangélisation « classique ».  En effet, le but était principalement d’aller, chaque jour, à la rencontre des étudiants dans les campus (cinq au total) pour les inviter à différents événements en soirée. Armés quotidiennement de plus de 150 sandwiches offerts gratuitement, nous proposions aux étudiants de réaliser des sondages sur le thème de la vérité. Malgré le mauvais temps, cela attirait beaucoup de monde. Ces sondages permettaient une ouverture à la discussion et conduisaient vers le partage de l’Evangile.

Un des points culminants de la semaine était la représentation de la pièce de théâtre « Marc : l’expérience ». Le principe était de jouer tout l’évangile de manière interactive en incluant la présence du public dans la pièce. Deux représentations ont eu lieu, attirant aussi bien des croyants que des non-croyants, et ont permis un premier contact avec l’évangile de Marc.

D’autres soirées ont également été réalisées : une sous forme de discussion-critique sur l’historicité des évangiles, une autre intitulée « open mic » dans une taverne permettant à quiconque possédant un talent de venir se produire. Le thème de cette dernière soirée était « La créativité provient-elle forcément d’un Créateur ? ». Au cours de cet événement, nous avons eu la chance d’entendre une courte méditation exposant que toute la création proclame la gloire de Dieu, ce qui a été la rampe de lancement de l’annonce de l’Evangile. Une dernière soirée appelée « chrétien sur le gril » donnait la possibilité à tout le monde de poser n’importe quelle question sur la vie chrétienne à trois personnes.

L’unité et la motivation étaient des points forts de notre équipe malgré la fatigue, les challenges ou encore le mauvais temps. Chacun était déterminé à une seule chose : propager la Bonne Nouvelle de Christ et la grâce qu’il a eue envers nous. Ainsi, même s’il est toujours difficile de voir des personnes refuser l’Evangile qui sauve, nous avons aussi été encouragés par l’intérêt de bon nombre de personnes avec qui nous restons en contact et par le suivi qui sera effectué par le GBU. La gloire revient à Dieu qui est le seul à pouvoir faire grandir ce qui a été semé.

Valentin MAZUR

Jemelle

Nous étions une équipe de huit personnes très enthousiastes à la perspective de proclamer l’Evangile dans un lieu isolé – à Jemelle et aux villages alentour. Nous avons reçu un accueil chaleureux par les personnes qui nous ont hébergés et par la communauté en général.

Deux étudiants ont eu l’opportunité d’accompagner le pasteur Gregory Zieleniec durant son travail d’aumônier à la prison de St‑Hubert le mardi. Cela a été une expérience forte – des échanges qui ont donné du baume au coeur pour les deux partis. Nous avons vraiment réalisé que Christ était venu pour les malades et pas que pour les bien-portants ! Pendant ce temps, une distribution de traités a été faite lors du marché au village. Peu de personnes y étaient présentes, mais l’équipe ne s’est pas démoralisée : les équipiers sont allés dans les villages alentour et ont pu bénéficier d’esprits plus enclins à la discussion ! Le Seigneur fait bien les choses.

Echange, échange et encore échange est le mot qui caractérise le mieux cette semaine. Le mercredi, nous avons été invités à partager le repas chez certains membres de l’Eglise, et des discussions pour annoncer clairement la Parole de Dieu ont pu être possibles. Nous avons aussi effectué des visites chez des personnes non converties et qui ne fréquentent pas l’Eglise. La Parole a été semée ; prions pour que Dieu fasse son oeuvre, si telle est Sa volonté, dans le coeur des personnes qui nous ont écoutés. Quelle joie nous avons eu à parler de l’Evangile qui sauve et de discourir sur Sa Parole !

La grosse journée d’évènements a été le samedi avec, d’un côté, l’atelier beauté où le témoignage d’une soeur a pu être partagé aux jeunes enfants et, de l’autre, un tournoi de football qui a réuni bien plus de personnes qu’on s’imaginait ! Merci, Seigneur, car il a permis qu’à l’issue de ces matchs un repas et une soirée jam aient lieu. Nous n’avons pas laissé cette opportunité et avons invité toutes ces personnes à nous rejoindre – un moment de détente agréable autour du témoignage d’un frère et une session de chants de louange et de chants libres…

Ce n’est que le dimanche que nous avons pleinement réalisé l’impact qu’on pouvait avoir sur les gens autour de nous ! Une foule était réunie pour venir écouter le message du sacrifice de Christ sur terre, et ça, c’est merveilleux ! Des chaises ont dû être rajoutées ! Notre départ a provoqué de la tristesse et de la nostalgie – une semaine que, des deux côtés, nous n’oublierons jamais. Merci, Seigneur…

Magdalèna WUYCKENS

Lagny-sur-Marne/Villeparisis

« L’Evangile dans toute la vie, l’Evangile dans toute la ville ». Tel est le slogan de la toute nouvelle Eglise de Villeparisis, dans le nord de la région parisienne. Cette implantation, pilotée depuis un an par Gaël Wagoum, a été initiée par les Eglises du Val d’Europe et de Lagny-sur-Marne. Nous avions deux missions : encourager leurs équipes, et aller à la rencontre des Villeparisiens pour connaître leur vision du monde, en vue de les atteindre par l’Evangile et les servir.

A notre arrivée, nous avons pris connaissance du projet et prié dans les rues de la ville. Le lendemain, jour de repos, nous sommes allés voir le film « Jésus, l’enquête », tiré du livre de Lee Strobel, qui nous a préparés à nos sorties futures.

Notre semaine a réellement débuté le mercredi. Chaque jour, après un petit-déjeuner copieux et un temps de méditation et de prière, nous sortions à la rencontre des habitants pour annoncer la Bonne Nouvelle et leur offrir des évangiles de Luc, temps entrecoupé par une pause repas et une bonne sieste. Le vendredi soir, une partie de l’équipe était conviée par deux familles de l’Eglise autour d’un souper avec des amis non-chrétiens – encore une occasion pour annoncer l’Evangile !

D’autres activités étaient également programmées en partenariat avec les Eglises de Lagny et de Val d’Europe :

– A Lagny, une « après-midi Kidz », avec jeux et crêpes au chocolat, était organisée le mercredi pour partager l’Evangile aux enfants en expliquant le véritable sens de Pâques. Environ 25 enfants et quelques parents ont pu entendre la Bonne Nouvelle. En soirée, nous avons participé à une étude biblique avec quelques membres de l’Eglise. Le samedi suivant, nous avons retrouvé l’équipe de Lagny dans son effort d’évangélisation « Un coeur pour Lagny ». Nous sommes sortis en centre-ville pour offrir aux habitants des boissons et des gâteaux afin de témoigner de l’amour de Dieu. Interpellés par nos sourires et la gratuité des actions, plusieurs passants se sont arrêtés, ont entendu l’Evangile et ont accepté de laisser leurs coordonnées pour en savoir davantage.

– Avec les frères et soeurs de l’Eglise du Val d’Europe, nous avons prié le jeudi soir pour Villeparisis. La semaine s’est clôturée par le culte de Pâques organisé à l’Eglise de Villeparisis. Nous sommes reconnaissants qu’un de nos contacts nous ait rejoints et a pu entendre le témoignage de deux personnes de notre équipe.

Durant cette semaine, nous avons été particulièrement encouragés de voir que Dieu avait par avance préparé les habitants de Villeparisis à entendre le message de l’Evangile et à nous accueillir chaleureusement. Gloire lui soit rendue !

Hanta RABEZANAHARY

Mulhouse

Lundi 26 mars, 9h20, nous sommes arrivés à un petit aéroport qui se trouve simultanément en France, en Suisse et en Allemagne. Nous voilà confrontés à plusieurs possibilités de sortie ! Préparez-vous, les Alsaciens : les Belges arrivent ! Nous avons été installés dans les familles ; pour ma part, mon hôtesse d’accueil était professeur de piano et chanteuse, partageant la même passion musicale que moi – petit clin d’oeil du Seigneur.

Lors de la formation du premier jour, nous nous sommes vu rappeler l’importance d’aborder la gravité du péché et la nécessité de la repentance, et nous avons réfléchi à comment exploiter des passerelles entre les questions que posent nos interlocuteurs et l’Evangile.

A différents moments durant la semaine nous avons abordé des gens sur le marché de Mulhouse et en faisant du porte-à-porte. Un bon nombre de nos conversations étaient avec des personnes nord-africaines – mais il s’agissait plutôt de deux monologues que de discussions d’échange (chacun campait sur sa position ; nous avons dû insister sur la divinité de Jésus et sa mort sur la croix à la place du pécheur).

Lors du porte-à-porte, nous avons souvent entendu « ça ne m’intéresse pas », ce qui nous rendait triste, car comment est-ce possible de refuser la vie éternelle ? Nous les aimons comme Jésus nous a aimés alors que nous méritions la mort. Je pense à une mamie, 80 ans, catholique de souche, qui faisait des oeuvres, comme elle le pouvait, par des dons financiers, et en étant gentille et polie avec ses voisins. Au moment d’apprendre que notre nature était de toute façon pécheresse quoi que l’on fasse, elle s’est mise à pleurer et a dit avec un coeur en larmes : « je vous laisse : je n’en peux plus ». Avec Paulin nous avons, à notre tour, pleuré dans notre coeur, de compassion pour elle, et nous avons prié devant cette porte fermée…

Mercredi a eu lieu le premier club d’enfants de l’Eglise, avec la présence de 11 enfants. Médhie et moi, nous nous sommes trouvées en dehors de notre zone de confort ! Nous avons expliqué l’Evangile au moyen d’un enseignement, animé un atelier de peinture (arc-en-ciel avec les versets « Je suis… » de l’évangile de Jean) et organisé une « chasse vitaminée » (fruits cachés).

Vendredi en journée, nous avons profité d’une sortie à Colmar. Samedi soir, beaucoup de personnes sont venues de l’extérieur pour écouter un survol de la Bible en 45 minutes chrono. Enfin, dimanche matin, la salle était encore pleine, et nous nous sommes mis à l’écoute d’une prédication d’évangélisation apportée par Sylvestre à partir d’Hébreux 1-2, après quoi nous avons pu poursuivre des conversations avec des non-croyants et des croyants autour d’un repas.

Cathy ZEROUG

EnregistrerEnregistrer