Semaine d’évangélisation Nous avons un coeur pour…

… Binche

Balades dans les rues,
Intercessions quotidiennes dans la prière,
Nombreuses rencontres,
Cookies et café distribués,
Homes visités,
Evangile proclamé

Voilà ce qui a caractérisé notre semaine à Binche! Merci, Seigneur, pour la bonne entente, l’unité et la complémentarité qui ont régné au sein de l’équipe ! Croisant parfois une statue des fameux Gilles avec leurs oranges, nous sommes allés à la rencontre des habitants spirituellement perdus et avons partagé la plus merveilleuse des nouvelles : l’Evangile ! C’est avec enthousiasme que nous avons fait de multiples et belles rencontres, rendues possibles notamment par les soirées « Je l’ai vécu », qui se sont déroulées chez l’un ou l’autre membre de l’Eglise et au cours desquelles chacun des étudiants était invité à partager son témoignage. Plusieurs personnes de la famille et du voisinage avaient été invitées et certaines ont été touchées, sans parler de l’encouragement que cela représentait pour les membres de l’Eglise eux-mêmes ! Quant à nous, nous avons été ravis de voir à quel point la petite communauté de Binche s’est impliquée avec nous pendant cette semaine, que ce soit dans la prière, dans l’accueil des étudiants, dans la cuisine ou dans la participation à nos activités.

Malgré nos lacunes en chant, nous avons volontiers mis nos voix au service de notre grand Dieu en formant une chorale et en visitant trois maisons de retraite pour personnes âgées. A l’approche de Pâques, nous y avons entonné des chants à la gloire de celui qui a sacrifié sa propre vie à la croix et qui est ensuite ressuscité pour toujours ! Combien cela était réjouissant de voir certains des pensionnaires chantonner avec nous ! Nous leur avons ensuite distribué des cookies faits maison et avons eu de riches échanges avec eux.

Ensuite, délaissant nos habits de choristes, c’est en footballeurs que nous nous sommes changés. Voulant atteindre toutes les couches de la société, nous avons offert aux jeunes de la cité un évangile après avoir joué au foot avec eux. (Ce n’est pas toujours indemnes physiquement que nous avons terminé nos parties de foot !) En plus de cela, une soirée spéciale avec des activités pour les jeunes a été organisée et un témoignage y a été donné. Six jeunes sont venus et ont pu (ré)entendre l’Evangile.

Une soirée conférence sur les « 5 sola » de la Réforme a également été organisée, permettant à des catholiques de comprendre notre point de vue et suscitant des réactions et questions intéressantes de leur part.

Nous étions présents aussi sur les marchés de Houdeng et de Binche, et avons offert aux passants des bons pour un café gratuit à notre stand. Cela a amené quelques personnes vers nous, de bonnes discussions ont eu lieu et des évangiles de Jean ont été donnés.

Enfin, tout au long de la semaine, nous avons pris beaucoup à coeur la prière, car nous reconnaissons que sans Dieu tous nos efforts sont vains. Nous continuons à prier pour toutes ces personnes rencontrées dans cette ville de Binche et nous nous en remettons à Lui pour la croissance des petites semences qui ont été plantées.

Sunny GISLAIN

… Bruxelles

« Je me suis fait tout à tous afin d’en sauver de toute manière quelques-uns ». Ces paroles de Paul (1 Co 9,22) pourraient être le meilleur résumé de la semaine. En effet, dans Bruxelles aux mille facettes, nous avons côtoyé des gens de tous horizons, et proclamé l’Evangile de mille manières.

Nous avons entamé la semaine par une journée de préparation afin de nous équiper pour le travail qui nous attendait. Dès le mardi, nos équipes se sont mises à l’oeuvre pour répandre autour d’elles les invitations aux différents événements de la semaine.

Tout au long de la semaine, nous avons pu constater que, malgré la diversité des cultures et des nationalités, nous retombions toujours sur les « principes rudimentaires du monde » (Ga 4,3 ; Col 2,20) : l’idée que les bonnes oeuvres et la morale pourront sauver l’homme sans passer par Dieu. Nous avons donc, avec l’aide de Dieu et Bible en main, tenté de renverser ces raisonnements faussés.

Le mercredi nous avons eu la joie de passer une soirée très dynamique avec les adolescents de l’Eglise de Bruxelles. Au programme : des jeux, mais surtout la méditation d’un texte biblique, et un témoignage touchant donné par un membre de l’équipe. Le jeudi a été un temps fort de la semaine avec le concert de Martin Braker, qui a connu un véritable succès – gloire à Dieu ! Plusieurs non croyants ont assisté à l’événement, et certains sans aucune invitation préalable ! Le vendredi soir était consacré à un souper-conférence sur la Réforme. Robbie Bellis était l’orateur de la soirée et il a su allier annonce de l’Evangile et Histoire, sans tomber dans le piège de multiplier les détails inutiles. Nous aurions aimé que plus de gens de l’extérieur soient présents, mais ceux qui étaient là ont pu découvrir le coeur du message biblique. Le samedi après-midi était centré sur le club d’enfants. Ceux-ci étaient peu nombreux et tous de familles chrétiennes, mais ils ont pu, entre deux temps de jeu, découvrir, à travers des paraboles, que Dieu est l’auteur du salut !

Enfin, le dimanche a été marqué par le culte « portes ouvertes » qui clôturait la semaine. Le groupe de Bruxelles avait reçu en renfort l’aide de frères et soeurs venus de l’Eglise de St Helen’s Bishopsgate à Londres. La fraternité et l’unité entre ces derniers et les étudiants de l’IBB étaient au rendez-vous et a contribué au succès de cette semaine.

Le bilan est très positif. Nous avons eu de nombreuses conversations au long de cette semaine, et il ne s’est pas passé un jour sans que nous ayons pu clairement annoncer l’Evangile. Il n’a pas été difficile de vivre ces paroles du Psaume 100 : « Servez l’Éternel avec joie » !

Xavier DOMINGUEZ PEREZ

…Gap

Gap, petite ville de 50 000 habitants située au sud de la France, a connu pendant une semaine un évènement plus extraordinaire que le tremblement de terre de novembre 2016, avec l’arrivée de quelques étudiants de l’IBB venus de Bruxelles pour soutenir l’Eglise le Rocher dans son programme d’évangélisation.

Nous avons été vraiment encouragés par l’accueil très chaleureux des membres de l’Eglise dans un esprit d’amour et d’unité, ainsi que par leur implication aux côtés des étudiants pour annoncer la Bonne Nouvelle aux Gapençais.

Conscients de nos peurs et de nos faiblesses, et sachant que c’est Dieu qui serait à l’oeuvre pour sauver les Gapençais, nous avons démarré la semaine par une journée en prière, suivie d’une soirée de louange et de prière destinée à remettre toute la semaine à Dieu.

Nous avons vu Dieu à l’oeuvre à Gap et ses environs. Lors d’une sortie, nous avons rencontré un homme d’arrière-plan orthodoxe avec qui nous avons discuté durant une heure de l’Evangile ; par la grâce de Dieu, il a accepté Jésus dans son coeur et est parti avec une Bible. Une autre dame avec un arrière-plan catholique, très touchée par l’Evangile après 50 minutes de discussion, n’a pas accepté Jésus mais a dit une phrase encourageante : « Il est temps de changer ». Dans chacune de nos activités – visite d’une maison de retraite, soirée Etinc’elles pour les dames, conférence science et foi, concert Yatal –, Dieu a amené des personnes qui ne le connaissaient pas pour être exposées au message de l’Evangile. Nous avons été particulièrement frappés par le « concert concept » du groupe Yatal. Aucun d’entre nous n’avait jamais entendu une proclamation plus claire de l’Evangile au travers d’un concert. Et la qualité musicale était aussi au rendez-vous !

Dimanche, le dernier jour, nous avons été bénis par la prédication de Ian qui a profité de la fête des 500 ans de la Réforme pour rappeler à tous le salut en Jésus et l’autorité de la Bible qui doit rester suprême. Les membres de l’Eglise ont été fort encouragés par la clarté de la présentation du thème du « salut par la grâce seule » qui est l’un des cinq « sola » de la Réforme. La journée s’est terminée dans une ambiance joyeuse avec le baptême d’une personne très engagée dans l’Eglise après avoir rencontré 34 fois le pasteur Aurélien pendant deux ans.

Nous, serviteurs inutiles, rendons gloire à Dieu pour les choses merveilleuses qu’il a accomplies cette semaine à travers nous.

Paulin SCHUMAN

… La Garenne-Colombes

L’Evangile, une Bonne Nouvelle pour tous : c’était le thème de l’une de nos soirées à l’Eglise de la Garenne-Colombes, mais pas seulement. En provenance d’Angleterre, du Congo, de Corée, de Madagascar, de France, de Belgique, d’Irlande ou des Etats-Unis, nous étions une équipe et une Eglise représentative de ce message : l’Evangile pour toutes les nations.

L’amour et l’hospitalité des membres de l’Eglise nous ont fait chaud au coeur ; le témoignage qu’ils donnent de notre Sauveur Jésus-Christ est vivant et visible. Les enfants de Dieu sont présents au sein de ce quartier que nous appelons les « trois Colombes », et qui rassemble trois villes : la Garenne- Colombes, Colombes ainsi que Bois-Colombes.

Cependant, l’Eglise n’est pas si connue de la population des trois Colombes. Nous sommes donc allés rencontrer nos voisins afin de leur annoncer cette Bonne Nouvelle – que Jésus est mort sur la croix pour les péchés de tous ceux qui croient et qu’il est ressuscité ! C’était l’occasion d’expliquer la signification de Pâques aux Garennois et aux Colombiens. Et quelle grâce que le Seigneur nous ait utilisés ! Chaque jour nous étions plongés dans la Parole, dès le matin, afin de nous rappeler que l’annonce de l’Evangile fait partie de l’adoration que nous donnons au Seigneur Jésus, Celui à qui nous voulons le plus ressembler et que nous voulons le plus faire connaître.

Nous avons fait de nombreuses rencontres et nous avons eu, entre autres, des conversations profondes avec des personnes d’origine nord-africaine qui cherchent vraiment à comprendre qui est Jésus. Nous avions le sentiment d’être sur un terrain fertile où nous pouvions planter sans avoir de cailloux qui empêchent la semence de tomber. Dans d’autres cas, nous étions face à de forts rejets, mais, loin de nous décourager, nous luttions pour annoncer l’Evangile de manière claire et sans faire de compromis. Parler du jugement n’était pas toujours facile mais le faire par amour et avec grâce rend visible le coeur de l’Evangile à nos contemporains. Le Seigneur nous a donné une semaine pleine de joie et d’amour pour les personnes que nous rencontrions, mais aussi dans l’Eglise et dans l’équipe – notre unité n’a jamais été aussi forte. Merci, Seigneur, pour tant de bénédictions.

Après une semaine, le bilan est clair. Chaque personne de l’équipe a vécu des moments inoubliables, et le terrain a besoin d’être labouré et ensemencé. Que les trois Colombes restent dans nos sujets de prière et que bien des personnes rencontrées acceptent le don gratuit de la vie éternelle en Jésus-Christ.

Caroline HUYNH

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer