Zoom sur… Solveig

Solveig DRET, 27 ans, est étudiante à temps plein en 2e année. Française, elle a fréquenté l’Eglise Protestante Baptiste de Lagny-sur-Marne, y servant en tant que stagiaire pendant un an, avant de s’inscrire à l’Institut. Elle est maintenant impliquée à la Communauté Chrétienne Protestante du Phare à Braine-l’Alleud. Elle répond à un certain nombre de questions permettant aux lecteurs du Maillon de faire sa connaissance et de prier pour elle…

Le Maillon : Quels sont tes passe-temps préférés ?

Solveig : Cuisiner, me promener dans la forêt, la musique (écouter, chanter, jouer, écrire).

Aurais-tu un verset biblique que tu chéris particulièrement ?

Psaume 27,4 : « Je demande à l’Éternel une chose, que je désire ardemment : Je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l’Éternel, Pour contempler la magnificence de l’Éternel Et pour admirer son temple. »

Quel est ton parcours spirituel ?

Née dans une famille chrétienne de banlieue parisienne, j’ai « donné ma vie à Jésus » toute petite, puis me suis fait baptiser à 15 ans. Étrangement, c’est ensuite que j’ai commencé à m’éloigner de Dieu, notamment en sortant avec des non-chrétiens. J’avais conscience d’être coupable, mais j’ai lutté jusqu’à voir de mes yeux que sans Dieu, je me coulais moi-même. Il a brisé ma fierté et m’a donné sa grâce imméritée. J’ai abandonné ma relation avec mon ex-ami de l’époque. Là où la séparation aurait dû être douloureuse, j’étais heureuse et en paix comme jamais car réconciliée avec mon Dieu. Je me suis ensuite engagée dans mon Eglise à Lagny, notamment auprès des ados. J’ai poursuivi en quittant mon job dans l’office management pour un stage à temps plein avec Nouvelles Générations dans mon Eglise, avant de déménager à Bruxelles pour venir étudier à l’IBB.

Pourquoi as-tu voulu suivre une formation à l’Institut ?

« Le monde périt par manque de connaissance de Dieu, et l’Église est affamée par manque de sa présence. » (A. W. Tozer, A la recherche de Dieu, L’Alliance Chrétienne et Missionnaire au Québec, 2000, p. 38).

Quelle image des cours et de la vie de l’Institut donnerais-tu aux lecteurs du Maillon ?

Ce qui m’a poussée à venir à l’IBB en partie, c’est l’esprit de serviabilité et de simplicité qui y règne. Le corps professoral est très disponible et concerné par chaque étudiant. On ressent cela entre étudiants aussi. Un deuxième élément qui m’a intéressée est le large panel des portions bibliques étudiées sur trois ans. Jusqu’à présent, le cours que j’ai eu le plus de plaisir à suivre était la Piété biblique (nouveau cours proposé au semestre précédent). Des thématiques à revoir, approfondir et pratiquer toute sa vie. Je pense qu’on devrait dispenser quelque chose de similaire dans toute Eglise pour nous inciter à poursuivre la maturité chrétienne encore et toujours.

Quels sont tes projets pour l’avenir ?

Finir mes études et trouver un ministère parmi la jeunesse. Pour l’instant, j’essaie de rester concentrée sur l’étude. Ce n’est pas toujours évident, car j’aime beaucoup le ministère. Mais se former est une grande bénédiction et un moment à part nécessaire pour la suite.

Pourrais-tu donner aux lecteurs du Maillon quelques sujets de prière te concernant ?

– Que ma relation avec Dieu continue à se développer.
– La patience et la sagesse pour profiter un maximum des études.
– Mon stage semestriel de l’année prochaine : j’ai une piste dans un organisme chrétien, mais rien n’est déterminé pour l’instant.
– La recherche d’un appartement sur Bruxelles avec une amie pour septembre.