Le Maillon Printemps 2015

Editorial

S’il fallait résumer en deux mots ce qu’expérimentent les étudiants, les récents diplômés, les professeurs et le personnel de l’Institut, une possibilité serait la suivante : « joie » et « guerre »… D’un côté, il y a la joie d’être engagés dans l’oeuvre de l’Evangile, de servir le Maître et de promouvoir l’honneur de notre grand Dieu (quel plus grand privilège pourrait-on imaginer dans cette vie ?). D’un autre côté, il y a la guerre qu’entraînent ces mêmes réalités. Pourquoi ? Parce que le ministère en question est exercé dans une société foncièrement hostile vis-à-vis de Jésus-Christ, dans des Eglises remplies de pécheurs comme nous-mêmes et dans le contexte de la lutte spirituelle. « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes » (Ep 6,12).

Plusieurs des étudiants témoignent, d’un côté, de la joie qu’ils éprouvent à être plongés dans la parole de Dieu et, d’un autre côté, de leurs combats au plan de la santé, des finances ou de difficultés à la maison. Les récents diplômés témoignent, d’un côté, de leur joie face à des conversions (cf. Lc 15,7.10), aux progrès spirituels tangibles chez certains frères et soeurs, à la croissance numérique dans leur Eglise et, d’un autre côté, des combats occasionnés par certaines personnes qui mettent des bâtons dans les roues, des couples qui se fragilisent, des difficultés pastorales qui dépassent leurs compétences… Et, au sein de l’équipe de l’Institut, nous sommes à la fois conscients du privilège de former de futurs serviteurs de l’Evangile et constamment en butte à des revers.

Ce qui pourrait surprendre au premier abord, c’est que, dans le domaine spirituel, « joie » et « guerre » puissent être menées en parallèle. Mais il y a également interaction entre elles ! Dans la sagesse du Dieu qui maîtrise toutes choses, les épreuves liées à la guerre spirituelle sont destinées à augmenter notre joie du fait d’une maturité accrue et d’une dépendance plus ferme à l’égard de Dieu (Jc 1,2-4 ; 1 P 1,6-9 ; cf. Rm 5,3-5 ; 1 P 4,1).

Bien plus, étudier les Ecritures tout en passant par des combats est tout à fait sain. Rappelons que notre grand ancêtre Martin Luther, s’appuyant sur le Psaume 119, était convaincu que la théologie devait être étudiée dans le contexte non seulement de la prière et de la méditation mais encore de l’épreuve (oratio, meditatio, tentait)1.

Par ailleurs, le combat de la foi – en faveur de la saine doctrine ainsi qu’en faveur d’un caractère qui y fait honneur – est bon (1 Tm 6,12 ; 2 Tm 4,7). Les deux articles majeurs de ce numéro reflètent chacun un combat qu’il faudrait continuer à mener – pour la bonne interprétation des Ecritures et pour l’éthique biblique en matière de genre.

Nous vous remercions profondément pour vos prières pour l’Institut. Par la grâce de Dieu, la vision (cf. ci-contre) continue à se réaliser dans la vie et le ministère de récents diplômés ; un exemple figure dans ce numéro. Le nombre d’étudiants à temps plein en semaine est stable par rapport à l’an dernier, et nous sommes reconnaissants pour le sérieux et les compétences dont les nouveaux étudiants font preuve. Mais la moisson est grande, et il y a peu d’ouvriers (Mt 9,38). Merci de prier afin que les nouveaux étudiants qui sont prévus pour le second semestre (à partir de février 2015) se confirment. Et, comme par le passé, nous vous saurions gré de prier pour notre semaine d’évangélisation (du 23 au 29 mars 2015) : nous comptons mettre à votre disposition, sur notre site web, des sujets de prière assez spécifiques relatifs aux trois équipes (qui seront, Dieu voulant, à l’oeuvre à Gap [en France], à Chapelle-lez- Herlaimont et à Bruxelles-Woluwe) avant le début de la semaine en question.

Bonne lecture, et merci encore de votre soutien à l’égard de l’Institut.

James HELY HUTCHINSON Pour le Conseil académique

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

  1. Cf. Luther’s Rules for How to Become a Théologien, John Piper (consulté le 15 octobre 2014)

Vous souhaitez recevoir le Maillon (publication semestrielle) ?

Normalement, nous envoyons cette publication uniquement à l’intérieur de l’Union Européenne.