Poursuite du ministère de l'IBB à distance durant le confinement Plus d'infos

Alain Lambot sur « la visée fondamentale de l’Institut » (Le Maillon, 1987)

Dans cet article, M. Lambot1, écrivant en tant que jeune directeur ad interim, insiste sur l’essentiel qu’est la formation, par la parole, de serviteurs qui puissent être équipés en vue de l’évangélisation de la Belgique.  A ce titre, il renvoie son lectorat au but original de l’établissement de l’école.

 

Toute entreprise qu’elle soit d’ordre spirituel ou profane doit définir avec précision et clarté le but fondamental de sa raison d’être.  Déroger à cette clarification revient à s’engager dans certaines activités sans connaître la réalité profonde de la démarche.

De même, le temps accomplit son œuvre d’amnésie ou de déviation ; il édulcore le mobile premier ou lui fait emprunter des « chemins de traverse ».

Il est donc important de constamment se remémorer la visée que nous voulons atteindre en tant qu’Institut Biblique Belge.

Eléments bibliques

Dieu accorde à Son Eglise des ministres « pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du service » (Eph. 4.12). Le chrétien est donc appelé à exercer un ministère que Dieu lui confie tel est le but que Dieu veut pour tout homme né de nouveau (voir aussi 1 Pierre 4.11 ; 1 Cor. 12.14).

Mais, avant de se lancer dans le travail, il faut être, selon le texte cité plus haut, « perfectionné ».  Voici comment Mr. Kuen (Pourquoi l’Eglise ?, pp 67-68) analyse ce mot : « … l’idée est donc d’amener les chrétiens en état d’accomplir leur fonction dans le corps, de les rendre capables d’utiliser le ou les don(s) spirituel(s) que chacun d’eux a reçus en fonction d’une action  (…) correspondant à son ministère ».

Le perfectionnement se réalise donc par le truchement des ministères qui s’exercent déjà dans la communauté.

II Tim. 3:17 nous révèle ce but final de l’action de l’Ecriture inspirée par Dieu : « afin que l’homme de Dieu soit accompli (ou adapté, Colombe), propre à toute bonne œuvre ».

La Parole vise la maturité (« accompli ») et l’équipement (« propre à ») du chrétien.  Ces deux qualités sont tournées vers une pratique clairement attestée : « pour toute bonne œuvre ».

Tant le but des ministères que celui de l’Ecriture est de perfectionner (parfaire en 2 Tim) et équiper en vue du service.

L’I.B.B. n’est pas une église et ne veut en aucun cas se substituer à celle-ci.  L’Institut se veut une aide pour l’Eglise de Jésus-Christ.  De même, il n’a pas la prétention de remplacer l’Ecriture ; il désire lui obéir, la mettre en pratique et l’enseigner.  Les ministères et l’Ecriture l’invitent à se fixer comme but le perfectionnement et l’équipement en vue du ministère, du service dans l’Eglise.

Eléments pratiques

A l’origine, l’IBB fut créé pour former les convertis belges afin qu’à leur tour, ils évangélisent leur propre pays.  La perspective missionnaire de l’école, vis-à-vis de la Belgique, est à la base de son existence.

Les besoins n’ont pas changé ; le pays est peu touché par l’Evangile.  Il est devenu commun de parler de la Belgique comme du quart-monde de la foi évangélique.

En 1987, nous voulons de nouveau souligner cet aspect et raviver notre préoccupation pour notre pays.  Cela ne nous empêche pas pour autant d’accueillir des frères et sœurs venus d’ailleurs.

Notre pays a plus que jamais auparavant besoin d’un institut biblique qui perfectionne et équipe des hommes et des femmes en sorte qu’ils bâtissent, en Belgique, l’Eglise de Dieu (dont les églises locales sont la concrétisation).

Notre visée fondamentale est donc claire et précise.  Elle s’enracine à la fois dans la Bible, dans l’histoire et les besoins spirituels de notre pays.

Elle se veut porteuse d’espérance : la Bonne nouvelle de l’Evangile apportée à notre génération, ainsi que l’équipement et le perfectionnement des croyants.

Seuls, nous ne pouvons atteindre cet objectif.

Vous êtes une des clés de la réussite, par votre soutien.  Voulez-vous devenir notre partenaire pour mener à bonne fin le but que nous nous assignons ?

 

Priez régulièrement pour nous.

Merci.

  1. Né en 1959 ; directeur 1986-1995.