Etudier à l’IBB à raison d’un jour par semaine ?

Clément EKANGA, marié à Charlotte et père de quatre enfants, travaille à temps plein dans une grande enseigne de distribution belge. Depuis deux ans, il est inscrit à l’Institut en tant qu’étudiant à temps partiel. Il suit assidûment des cours qui sont proposés le mardi, et il réussit bien ses études. Nous lui avons demandé d’expliquer son parcours…

Pendant que j’étais en fin de parcours du premier cycle à l’Institut Supérieur de Commerce de Kinshasa en RDC, une campagne d’évangélisation se tenait tout près de chez nous. C’est à cette occasion, au mois de juillet 1990, que j’ai donné ma vie au Seigneur. Immédiatement, j’ai ressenti une paix indescriptible, ce qui cadrait avec l’amour de Dieu dont parlait l’orateur.

Après mon baptême, j’ai servi le Seigneur dans une Eglise fraîchement implantée juste après la campagne d’évangélisation, mais je n’y suis pas resté longtemps pour cause d’un voyage en Europe. Arrivé en Hollande, j’ai fréquenté une Eglise à Haarlem qui, signalons-le, m’a fortement marqué par son sens de consécration à l’Eternel.

Mon mariage m’a amené en Belgique (mon épouse était encore étudiante à l’ULB). Elle m’a présenté à l’un des responsables de l’Eglise Internationale de Bruxelles, une Eglise dans laquelle nous servons le Seigneur jusqu’à présent en tant que diacre et membre du conseil (à Alost).

Toujours soucieux de bien connaître la parole de Dieu, pour mieux servir le Seigneur, mais ayant des obligations professionnelles, voilà qu’un jour, nous sommes tombés sur l’adresse de l’IBB sur Internet. M’étant rendu à l’Institut, lors d’un entretien avec le directeur, nous avons prié afin que le Seigneur ouvre une possibilité me permettant d’étudier un jour par semaine. Par la grâce de Dieu, mon employeur m’a permis de m’absenter régulièrement le mardi.

Nous sommes impressionnés par la qualité de l’enseignement, la clarté de l’Evangile, l’humilité et la rigueur qui caractérisent le corps professoral, sans oublier la communion fraternelle entre les étudiants et tout le personnel de l’Institut. A tous ceux qui travaillent et qui voudraient être formés, n’hésitez pas l’IBB offre plusieurs options, et vous ne regretterez pas du tout le fait de vous former. Bien entendu, il y a toujours un prix à payer. Il faut de la détermination et de la ténacité. C’est avec l’aide du Seigneur qu’on peut y arriver.

Priez pour mois, car un défi d’orientation se pointe à l’horizon.

Télécharger l’article ici.