La journée portes ouvertes du 4 mai aura lieu en ligne Inscrivez-vous !

La croissance du leader (J. CLINTON)

J. Robert CLINTON, La croissance du leader, Identifier les étapes dans le processus de développement d’un leader, tr. de l’anglais (The Making of a Leader, 2012) par Léa KÖVES, Marpent/Canada, BLF/Cruciforme, 2018, 316 p.

Les ouvrages sur le leadership chrétien sont nombreux.  On pourrait citer plusieurs raisons de vouloir laisser de côté celui-ci.  Il ne se lit pas facilement mais est technique et souvent abstrait.  L’ouvrage contient de nombreuses listes, difficiles à assimiler.  Il plonge ses racines dans les années 1980 et ne tient pratiquement pas compte de la récente révolution dans l’informatique1.  La perspective de l’auteur est américaine et semble éloignée de notre contexte.  Au plan théologique, le choix de Watchman Nee à titre de leader exemplaire est discutable.  Le non-respect du contexte dans l’utilisation de la Bible surprend parfois (p. 51, 142), et le mysticisme prôné pour connaître la volonté de Dieu (ch. 6) pourrait paralyser le ministère de certains. 

Mais je recommande clairement le livre, et je suis reconnaissant à un ami pour le fait de m’avoir signalé son importance !  Il se singularise par rapport à la plupart des autres ouvrages sur le sujet (1) de par son enracinement dans des recherches sur le leadership exercé par beaucoup de personnes et (2) de par la structuration de la pensée qu’il offre quant aux diverses étapes par lesquelles un leader passe (ou devrait passer).  

Robert Clinton – à ne pas confondre avec Robert Coleman2 – définit le leadership comme étant « un processus dynamique dans lequel un homme ou une femme, ayant reçu des dons de Dieu, influence un groupe de croyants pour les orienter vers les plans de Dieu pour ce groupe3 ».  Il a à cœur d’outiller les responsables à chaque étape de leur développement4 pour que leurs dons soient optimisés et pour qu’ils évitent des écueils.  A ce titre, il couvre des sujets tels que la formation, le mentorat, la prière, la gestion des conflits, les crises.

Ses recherches indiquent que seul un leader sur trois ou quatre finit bien ; ses analyses dans ce domaine et les ressources qu’il propose sont précieuses, car prévenir vaut mieux que guérir !  « Généralement, les leaders avec de bonnes philosophies du ministère finissent bien5 ».  Par ailleurs, s’agissant de la dernière6 phase de développement, la « convergence », il est plutôt rare que les leaders la connaissent, et pourtant il est question de cette fonction d’aboutissement de ministère qui réunit les dons, l’expérience et le tempérament du leader – « fonction qui affranchit le leader d’un ministère pour lequel il ou elle n’a pas les dons nécessaires, mais elle le met en valeur et utilise le meilleur qu’il a à offrir7 ».  Le livre peut faciliter la découverte de cette étape idéale, réjouissante, fructueuse.  Non que l’auteur minimise la providence de Dieu : au contraire, il exhorte les responsables à reconnaître « la main de Dieu dans leurs circonstances comme partie prenante de son plan pour faire d’eux des leaders8 ».  

En somme, malgré quelques faiblesses, la valeur durable de La croissance du leader est bien appropriée.  A titre de mise en appétit pour la lecture du livre, voici quelques aphorismes appréciables qu’il contient :

« En tant que leaders, notre plus grand défi est de développer un caractère saint9 ».

« Ce que nous sommes dans le conflit est bien plus capital que ce que nous faisons10 ».

« Les leaders que Dieu utilise beaucoup témoignent d’un réel amour de la vérité11 ».

« Un leader ayant appris des leçons majeures sur la maturité exerce son ministère avec une plus grande autorité spirituelle12 ».

« La formation du caractère est fondamentale.  Le ministère découle de la personne13 ».

« Les leaders efficaces, à tous niveaux de leadership, maintiennent une position d’apprenants tout au long de leur vie14 ».

  1. Particulièrement frappant à la p. 94 en rapport avec la recommandation d’ateliers.
  2. Leur sphère et leur période de ministère respectives se chevauchent.  Ils sont tous les deux professeurs retraités aux Etats-Unis.  Coleman est mieux connu en terre francophone, et son ministère est davantage axé sur l’évangélisation que celui de Clinton.
  3. P. 12.
  4. « Fondements souverains », « Croissance personnelle », « Maturation du ministère », « Maturation de la vie », « Convergence » ; cf. p. 30.
  5. P. 223.
  6. Ou l’avant-dernière, si l’on inclut la phase de « satisfaction » ; cf. p. 44, 47-48.
  7. P. 33.
  8. P. 228.
  9. P. 59.
  10. P. 112 (c’est lui qui souligne).
  11. P. 152.
  12. P. 165.
  13. P. 177 ; cf. le titre de la section commençant à la p. 164.
  14. P. 192.