La journée portes ouvertes du 4 mai aura lieu en ligne Inscrivez-vous !

La théologie biblique (N. ROARK, R. CLINE)

Nick ROARK, Robert CLINE, La théologie biblique, Comment enseigner fidèlement l’Évangile dans l’Église, tr. de l’anglais (Biblical Theology: How the Church Faithfully Teaches the Gospel, 2018) par Janice MARCOUX HOULE, 9Marks, Publications Chrétiennes, Trois-Rivières [Québec], 2020, 206 p.

Si vous deviez résumer l’intégralité de la grande histoire de la Bible en une seule phrase, que diriez-vous ? On ne voudrait pas manquer de parler de Jésus, le Christ, celui que toutes les Écritures révèlent1 ? Maintenant, si vous deviez le faire en trois ou quatre paragraphes, en décrivant les hauts et les bas majeurs de la Genèse à l’Apocalypse, quel serait votre résumé ? L’exercice n’est certes pas facile, pourtant en deux chapitres concis2, les auteurs de cet ouvrage bien utile nous livrent une « carte routière » de la Bible.

Mais au-delà de cet exercice, en quoi est-ce nécessaire pour moi, ou en particulier pour ceux qui enseignent au sein de l’Église locale, d’avoir bien cerné la grande trame du récit biblique ? La Bible comprend une succession d’histoires (Abraham, Joseph, Jonas, Jésus, Paul, etc.) ; pourquoi donc est-il essentiel de connaître le récit global des Écritures ? C’est aussi à cette question-clé que ce livre veut répondre. 

Parlons du titre (La théologie biblique) qui pourrait repousser certains. Il s’agit d’une expression un peu technique qu’on n’entend guère dans nos milieux, mais qui est simplement « une approche selon laquelle nous lisons la Bible dans son entièreté, tout en portant attention à son message principal, c’est-à-dire Jésus-Christ »3. Quand vous entendez « théologie biblique », pensez à la grande histoire de la Bible, de la Genèse à l’Apocalypse, centrée sur la personne de Jésus.

Après deux courts chapitres introductifs, le lecteur parcourt donc dans un premier temps un survol rapide des Écritures. Les auteurs couvrent les grands pans de la Bible avec brio – apprêtez-vous à être édifiés en contemplant à nouveau la merveilleuse nouvelle de l’Évangile de la grâce et du pardon des péchés dont nous sommes bénéficiaires en Christ ! À chaque sous-section de leur survol, les auteurs proposent un conseil pratique pour ceux qui enseignent la Bible, afin d’éviter le piège d’un enseignement moraliste et ainsi dispenser avec droiture la Parole de la vérité4. Bien que tout survol biblique soit par définition sélectif, nous estimons qu’il serait nécessaire d’inclure un paragraphe ou deux sur le jugement de Dieu dans la sous-section sur les prophètes de l’Ancien Testament5, afin de ne pas sous-évaluer cette doctrine difficile des Écritures.

Dans le reste du livre, les auteurs démontrent que comprendre le message central des Écritures est « une chose essentielle, sans laquelle on produira de faux évangiles et des pseudo-églises, en plus de déformer la mission de l’Église »6. Ils ciblent plusieurs risques pour l’Église de notre époque et les analysent tour à tour en employant une bonne théologie biblique. Alors que les Églises de nos milieux ne rencontreront pas nécessairement les mêmes tentations que celles décrites à l’origine pour un public américain, le fait de bien cerner la grande trame biblique sera d’une grande utilité pour nous dans nos Églises. Elle nous aidera à ne pas tomber dans le subjectivisme7 mais à prêcher le texte biblique dans le contexte global de la Bible, en le rapportant à Christ.

Pour résumer : Roark et Cline nous proposent un livre qui à la fois glorifie le Christ (celui qui se trouve au centre des Écritures), vous édifiera dans votre foi, est pratique par la grande quantité d’exemples bibliques donnés, et est accessible pour tout chrétien qui cherche à mieux connaître le plan global du récit biblique. Nous le recommandons fortement à ceux et celles qui enseignent la Bible à d’autres : vous en sortirez mieux équipés pour votre service précieux de l’Évangile de Christ.  

  1. Lc 24.25-27.
  2. Voir ch. 3-4 (p. 43-98).
  3. P. 33-34.
  4. 2 Tm 2.15.
  5. P. 68-72. Le jugement de Dieu contre les nations est l’un des thèmes majeurs dans les prophètes, comme, p. ex., dans Es 13-27, Jr 25-32 (sans mentionner ce qui se trouve dans autres Prophètes Postérieurs), et ce jugement est un type du jugement à venir (voir 2 P 3.1-10 qui parle du jour du Seigneur).
  6. P. 131.
  7. P. ex. de penser que « je suis David et je dois combattre les Goliaths dans ma vie », plutôt que de comprendre en premier lieu que « Jésus est le plus-que-David qui combat et je suis au bénéfice de sa victoire improbable ».