L’ADN d’une Eglise qui grandit (D. LIBEREK)

Daniel LIBEREK, L’ADN d’une Eglise qui grandit, Comment donner envie aux gens de venir… et de revenir, Marpent, BLF, 2020, 228 p.

« Quand on implante une Eglise, il faut savoir où on va et par quels moyens. Cette vision de l’ADN de l’Eglise sera donc utile pour tous ceux qui veulent implanter une nouvelle Eglise car elle est truffée de bonnes analyses, d’excellents conseils, de vraies expériences de terrain. On aime l’accent fort que l’auteur donne à la prédication et à l’enseignement – il traduit ainsi les préoccupations majeures du Nouveau Testament quant au ministère de la parole, son efficacité, sa suffisance et les fruits qu’elle produit d’amour, d’adoration, de témoignage, de service et de pertinence. Tout implanteur d’Eglise bénéficierait d’une lecture attentive de ce livre. »

Voilà ce que j’ai écrit pour recommander ce livre pour BLF. Dans cette recension il me faut donc justifier cette recommandation, et aussi, bien évidemment, la nuancer avec l’une ou l’autre remarque constructive.

La méthode

Il est utile de commencer en décrivant la méthode employée par Daniel Liberek pour arriver à ses conclusions. Il est conscient du petit nombre d’Eglises en Europe francophone qui connaissent une croissance stable et régulière. Il y en a peu, mais il y en a. Il s’est posé alors la question de savoir si ces Eglises avaient des choses en commun qui pouvaient expliquer leur croissance et si oui, de quels facteurs il s’agissait. Il a donc entrepris un travail de sondage et de recoupage de données. Ce qu’il a découvert l’a enthousiasmé et l’a encouragé : il y avait bien des facteurs en commun.

Alors on s’attend à un livre de pragmatisme pur : « ça marche, allons-y ». Il n’en est rien. Le souci de Liberek est de réunir les facteurs bibliques de croissance.

Qu’est-ce qu’il a découvert ?

Les découvertes

Le livre est organisé autour des grands thèmes qu’il a découverts mais avant de les dévoiler il commence avec un chapitre sur l’Eglise « née pour grandir ».  Les textes choisis pour démontrer que l’Eglise est appelée à grandir sont encourageants et édifiants. Mais si je reste un peu sur ma faim dans ce chapitre, c’est parce que l’auteur ne situe pas l’Eglise dans le grand projet que Dieu a initié dès la création. Quelques paragraphes sur la théologie biblique du peuple de Dieu, en commençant dans le jardin d’Eden, auraient donné à ce chapitre un aspect encore plus encourageant et grandiose.

Le deuxième chapitre est un survol des théories existantes sur la croissance de l’Eglise. Ici on retrouve un panorama complet des ouvrages sur le sujet, y compris des ouvrages francophones. Il s’agit d’une mine de ressources qui est aussi stimulante que pratique. Pour les lecteurs qui veulent aller plus loin, ce chapitre balise tous les sentiers imaginables.

Avec le troisième chapitre nous commençons à examiner les découvertes de Liberek. Ce serait trop long de traiter dans le détail chaque thème abordé : contentons-nous de dire que nous ne perdons pas notre temps à lire et à réfléchir à tout ce que l’auteur écrit. Pour nous aider à faire ce travail de réflexion et d’application, chaque chapitre propose des pistes pour aller plus loin selon quatre grandes lignes – réflexion, formation, activités et sujets de prière. Voici tout un programme pour les responsables d’Eglises, à qui ce livre s’adresse principalement.

Ces chapitres sont riches, bibliques, réfléchis, baignés dans l’expérience sur le terrain de l’auteur. Nous sortons admiratifs de la lecture de cette matière. S’il y avait une chose à améliorer, ce serait le lien explicite entre l’Evangile de Jésus-Christ (son incarnation, sa mort, sa résurrection, son ascension, son règne, son retour) – autrement dit sa personne et son œuvre –  et les recommandations pratiques qui sont faites. Ce n’est pas que ce lien manque totalement, mais la méthode n’est pas instinctivement de commencer avec la personne et l’œuvre de Jésus pour voir en quoi le thème abordé revêt un caractère foncièrement évangélique.

La conclusion

La conclusion du livre mérite d’être citée pour que les lecteurs de cette recension désireux de connaître le détail et les conseils pratiques sachent les domaines qu’ils vont pouvoir renforcer dans leur ministère et leur pratique :

« Une Église qui grandit, c’est une communauté de croyants qui :

  • Sont en relation avec Dieu
  • Pratiquent une adoration authentique
  • Partagent une communion réelle
  • Sont disponibles pour ceux qui sont en recherche
  • Accueillent chaleureusement les visiteurs

Et dont les responsables :

  • Exercent un leadership clair
  • Prêchent avec dynamisme et pertinence
  • Font de la prière une priorité
  • Se soucient des gens d’une manière contagieuse
  • Lancent le défi aux croyants et aux non-croyants de grandir avec Dieu et de le servir1. »

Nous disons Amen à tout cela !

  1. P. 199.