L’éducation intentionnelle (S. WILDMAN)

Shelly WILDMAN, L’éducation intentionnelle, Elever des enfants qui aiment le Christ et qui font une différence dans le monde, Charols, Excelsis, 2020, 236 p.

Si vous êtes un parent un peu perdu, dépassé par l’ampleur de la tâche, découragé par le manque de fruits visibles dans la vie de vos enfants, ou encore sans idée précise de ce à quoi vous êtes appelé, ou si vous avez simplement besoin d’un peu d’encouragement et d’un rappel de notre mission en tant que parents chrétiens, le livre de Shelly Wildman vous sera utile. Celle-ci écrit comme elle parlerait à une amie autour d’une tasse de thé : dans un style informel, souvent auto-dérisoire, extrêmement honnête et très chaleureux. Elle réfléchit de manière réaliste et perspicace, débusquant souvent les motivations qui se cachent dans nos cœurs de parents pour y exposer la lumière bienfaisante des Ecritures et rediriger nos priorités. Cependant, elle le fait sur un ton d’encouragement, avec de nombreuses pistes d’application concrètes et des questions de réflexion pertinentes. On sera inévitablement mis au défi dans un domaine ou un autre, mais encouragés et remotivés par une auteure qui se pose en compagnon de route, qui partage les leçons apprises au fil du temps. 

L’un des maîtres-mots de sa pensée, c’est l’intentionnalité. Comparant le fait d’élever des enfants pour Dieu à un voyage, Wildman cherche à convaincre les parents qu’il leur faut avoir une idée claire de leur destination. Elle définit la destination ultime de manière précise. Il s’agit avant tout de discipulat, c’est-à-dire d’enseigner les principes de la foi, en vue de permettre à nos enfants de devenir « des adultes qui connaissent et aiment Jésus et qui désirent partager l’Evangile où qu’ils soient appelés à aller » (p. 59).

Wildman reconnaît justement que la façon dont ceci sera décliné dans nos familles respectives dépendra de qui nous sommes et sera unique à chacun. Dans la lignée d’auteurs comme Paul Tripp (Etre parents, 14 principes bibliques qui transformeront votre famille, BLF, 2018), qu’elle cite1 à plusieurs reprises, elle explique clairement que le but central de nos efforts doit être de conduire nos enfants à Christ en qui seul ils peuvent trouver la vie et le bonheur (Jn 10), mais elle ne veut pas prescrire une méthode magique universelle. Elle cherche plutôt à définir des priorités, des principes, et à encourager ensuite ses lecteurs à réfléchir à comment les mettre en place auprès de leurs enfants et dans leur contexte. 

Ayant défini le cap, elle pose les fondations : la discipline, la prière et la participation à la vie d’Eglise. Elle reconnaît les défis que nous rencontrons dans ces trois domaines, puisant dans ses propres luttes. Mais, toujours dans cette optique de donner un sens à la direction, elle expose à chaque fois les raisons bibliques pour lesquelles nous devons absolument mettre ces choses en place dans nos foyers. 

Elle traite ensuite de quatre domaines d’application particuliers, quatre traits de caractère que les parents devraient viser à développer chez leurs enfants en vue de les aider à imiter le Christ : la fidélité (ou le fait de dire la vérité), la bonté, la serviabilité et la bonne gestion des finances. Encore une fois, elle brosse un portrait biblique de ces qualités pour montrer en quoi elles sont désirables et à la gloire de Dieu. Elle met l’exemple de Jésus en exergue, et cherche à établir le lien entre le cœur et le comportement. Wildman continue de donner des exemples concrets tirés de sa propre expérience, fournissant ainsi des idées de mise en pratique utiles. 

Wildman achève son ouvrage en encourageant les familles à se mettre au service dans le monde, en trois étapes, en quelque sorte : créer une cohésion familiale solide (pour que les enfants deviennent des individus sûrs de leur identité), exposer nos enfants à des cultures différentes (pour en faire des personnes ouvertes sur le monde avec compassion), conduire nos enfants à l’indépendance en les confiant à Dieu. 

Sa conclusion est tout aussi chaleureuse que le reste de son livre, rappelant à ses lecteurs qu’ils ont été sciemment choisis par Dieu pour cette formidable tâche, qu’il faut faire preuve de patience car c’est un travail de longue durée, et que nous sommes entre les mains d’un Dieu souverain, plein d’amour, et qui œuvre avec bonté pour notre bien et celui de notre famille. 

Il faut cependant reconnaître qu’il s’agit là d’un ouvrage issu d’une culture américaine bien différente de la nôtre, en Europe francophone.  Cela nécessite un travail de réflexion pour transposer les principes bibliques et sages dans notre contexte. Par exemple, pour accomplir le but louable de cultiver chez nos enfants une ouverture sur les cultures différentes de la leur, Wildman vante à plusieurs reprises les mérites des voyages – ce qui sera inaccessible pour beaucoup d’entre nous. Il nous faudra donc réfléchir à d’autres moyens de parvenir à cela. Le style oral dans lequel elle écrit ne passe pas toujours très bien par la traduction (bien que celle-ci soit de bonne qualité). Mais il vaut la peine de passer outre à ces inconvénients, tout en espérant qu’un jour on puisse bénéficier d’un ouvrage issu de notre culture qui réponde de manière plus spécifique à nos problématiques. 

Cela dit, nous recommandons chaleureusement la lecture de ce livre, en priant que beaucoup de parents puissent ainsi être renouvelés dans leur enthousiasme pour le privilège immense d’élever des enfants à la gloire de Dieu. 

  1. 2016 pour la version anglaise originale du livre de Tripp.